Fiche : Dom Juan, Hypocrisie V,2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fiche : Dom Juan, Hypocrisie V,2

Message par FoX le Dim 12 Juin - 22:04

DOM JUAN hypocrisie

Intro: Lorsque Molière écrit Dom Juan, il vient d'essuyer une 1° interdiction de Tartuffe en 1664. La cabale menée par les dévots a influencé le dramaturge. Cette tirade permet donc en même temps à Don Juan de mettre en évidence son système de valeurs fondé sur l'hypocrisie et à Molière, à travers cet éloge paradoxal, de lui donner une portée polémique.

I L'art rhétorique de Don Juan
1. Le recours à la tirade: permet à Don Juan de développer son argumentation et de révéler ses véritables sentiments envers la religion et l'hypocrisie (-> comme un monologue intérieur, analyse de ses pensées, sentiments, motivations).
2. Une parole efficace: emploi du pronom indéfini "on", pluriel "ils" (but: que le spectateur se sente concerné par ces tournures impersonnelles), métaphores, personnifications ("l'hypocrisie..., de sa main") et évocations concrètes ("ferme la bouche", "un bouclier") contribuent à l'efficacité de sa parole => convaincre Sganarelle et le spectateur de la justesse de ses idées, de son attitude.
3. Une démonstration: -emploi de connecteurs structurant la tirade ("mais", "et", "enfin")
-présent de vérité générale
-formules sentencieuses: "qui en choque un, se les met tous sur les bras"
-question rhétorique
-référence implicite à la cabale des dévots = actualisation->accentuer la portée de la démonstration.

II. Un éloge paradoxal
1. Eloge de l'hypocrisie (=du vice): mise en relief par: -l'usage de tournures impersonnelles qui simule un discours moral
-le ton appréciatif: hyperboles ("meilleur", "merveilleux"), subjonctif ("qu'on puisse...").
2. Exhibition du cynisme: (=expression d'opinions, de sentiments destinés à provoquer)
-> hypocrisie devenue vertu -> profondément subversif (rappel de Tartuffe).
3. Métalangage théâtral: le théâtre pour montrer la comédie humaine:
-champ lexical du théâtre (le "personnage"-> =le masque, "profession", "art", "imposture", "grimace", "grimaciers", "stratagème", "sous cet habit")
-sens originel du mot "hypocrite".

III. La portée polémique de la tirade
1. Critique de l'hypocrisie: longue critique de son pouvoir social (1° partie de la tirade) et de son immoralité (2° partie) -> véritable pamphlet.
2. Critique des faux dévots: allusions à la censure explicites, et à la cabale contre Tartuffe => prolonge la polémique.
3. Critique sociale: -image cinglante de la société du XVIIème siècle où "tous les vices à la mode passent pour vertu"
-plaidoyer pour une attitude éloignée de toute fausseté avilissante et pour son idéal d'authenticité ici évoqué en creux.

Conclusion: Ce choix dramaturgique exprime la volonté de Molière de condamner la fausse dévotion, son désir de refonder la société sur la sincérité et la vertu. En effet, dans un monde où on ne peut plus rattacher le signe à une vérité du divin, seule l'éthique humaine peut garantir le bon usage des signes sociaux. C'est là précisément ce que pervertit le "faux-dévot": il sape le fondement social (l'honnêteté) en prêtant aux hommes les faux signes d'une relation avec le divin.

_________________
Mathieu !

FoX
Master FoX (Admin)
Master FoX (Admin)

Nombre de messages : 531
Age : 28
Date d'inscription : 07/06/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/kkrt

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum